jan 19

Bilan de la quinzaine pour les convergences : Marseille en Communs

DSC_7153

La quinzaine pour la convergence des initiatives citoyennes, Marseille en Communs, s’est tenue du 9 au 22 novembre 2015.

Téléchargez le bilan ici. (Attention le lien est actif jusqu’au 18 février 2016)

jan 10

A lire : Le bonheur en marche

Le bonheur en marche

 

Nom : Le bonheur en marche
Auteurs : Patrick Viveret, Mathieu Baudin

 » « Je pense avec mes pieds » disait Jean-Jacques Rousseau. Mettre un pied devant l’autre invite à l’introspection. La Compagnie des philosophes ne le dément pas. Cette association, nouvellement créée à Chamonix, organise pour tous balades et rendez-vous dans la nature, pour débattre avec des philosophes de renom. Pour la première, c’est Patrick Viveret et Mathieu Baudin qui se sont tournés vers le bonheur. Ce livre retranscrit les idées et interventions nées de ces rencontres. Il est issu de la collection « chemin faisant ». La prochaine marche philosophique aura lieu en juillet prochain, à Chamonix. »

déc 08

Métamorphoses – Les enjeux climatiques et la COP 21

Quels sont les facteurs et les impacts du réchauffement climatique? Qu’est-ce que le GIEC? Quels sont les enjeux des COP et de la COP 21 en particulier? Dans cet échiquier, quel rôle joue la société civile? Que se passe-t-il près de chez nous?

Jérôme Sambussy, météorologue, prévisionniste chez Météo France et Cyril Pimentel, du Collectif Climat Marseille sont les invités de Métamorphoses.

Clairs et pédagogues ils donnent les clés de lecture des enjeux de la COP21.
Sons off : Jean Jouzel, climatologue, membre du GIEC / Txetx Etcheverry, co-fondateur de l’association Bizi et du mouvement Alternatiba

Chronique d’Emmanuelle Choin : Un million de révolutions tranquilles de Bénédicte Manier

Une émission animée par Alima El Bajnouni (La Plateforme) et Sandra Blondel (Fokus 21)

En écoute sur Radio Grenouille

nov 21

A lire : Les identités meurtrières

Les identites meurtrieres

Nom : Les identités meurtrières
Auteur : Amin Maalouf

«  »Depuis que j’ai quitté le Liban pour m’installer en France, que de fois m’a-t-on demandé, avec les meilleures intentions du monde, si je me sentais  » plutôt français  » ou  » plutôt libanais « . Je réponds invariablement :  » L’un et l’autre !  » Non par quelque souci d’équilibre ou d’équité, mais parce qu’ en répondant différemment, je mentirais. Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c’est que je suis ainsi à la lisière de deux pays, de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C’est cela mon identité ? »

En savoir plus »

nov 20

Retransmission des échanges avec Patrick Viveret dans le cadre de la quinzaine Marseille en Communs

 

DSC_7153Lundi 16 novembre, nous recevions, dans le cadre de la quinzaine Marseille en Communs, Patrick VIveret.

Invité, initialement, sur la question des moyens de faire commun, et plus précisément sur la relation de l’individu au groupe, sur les transformations personnelles nécessaires pour accéder à la transformation sociale, les échanges se sont, naturellement centrés sur l’après 13 novembre. Ces évènements tragiques posant finalement les mêmes questions liées à la résilience collective et à la posture individuelle au sein du grand groupe que forme notre société.

L’association Fokus 21 a retracé, à travers un   enregistrement vidéo, l’essentiel des échanges.

A visualiser ici

nov 16

Programme de la quinzaine Marseille en Communs du 9 au 22 novembre 2015

EDITO

En à peine plus d’un an, deux ouvrages de référence sur les communs* sont publiés, dont l’un qui titre Le retour des Communs. Pourquoi ce retour des communs? Est-ce un hasard si la préoccupation autour des communs est de retour dans un monde disloqué qui semble avoir programmé son obsolescence?
Est-ce totalement fortuit si, dans une société régie par les visions à court/moyen terme, dont le sens nous échappe,
dans cette société liquide décrite par Z. Bauman, une conscience collective se lève pour préserver les socles de
l’humanité? En 2000, à Cochabamba (Bolivie), la Coordinadora, alliance citoyenne composée de paysans, de citadins, de syndicats miniers… réussit à empêcher la privatisation des ressources en eau, et à s’imposer dans la gestion de ce bien commun.
En 2011, en Italie, suite à un référendum, 26 millions de personnes se prononcent pour que la gestion de l’eau ne soit pas privatisée et soumise aux lois du marché.

A Bologne, à travers la réglementation pour la préservation des communs urbains, la Ville aide les habitants à réaliser des propositions pour améliorer leurs quartiers. Elle encourage ainsi l’implication des habitants, les considérant comme forces de propositions plutôt que comme auditoire pour des concertations descendantes.

L’eau, les zones de pêches, l’énergie, le climat, l’espace public, les savoirs… autant de ressources fondamentales qui posent la question de leur gestion et de leur accès. Finalement que recouvrent les communs? Quels enjeux y sont associés? Qu’est-ce qui les caractérisent et à quoi s’opposent-ils? A Marseille, quelles sont les ressources et les espaces dont la préservation et l’accessibilité nous semblent fondamentales ? Quels sont les ingrédients nécessaires à une gestion et donc à une action collective?

Selon Stefano Rodotà, éminent juriste italien, « Les biens communs sont tous ceux qui contribuent au libre développement de la personnalité et doivent donc être soustraits à la logique destructrice du profit et du court terme,
afin, notamment, de préserver le monde qu’habiteront les générations futures. »

Du 9 au 22 novembre, témoignages, réflexions et actions, collectifs, philosophes et économistes seront au rendez-vous pour échanger, débattre, proposer… et arpenter Marseille en Communs et en fêtes.

* Commun de Pierre Dardot et Christian Laval (Editions La Decouverte, mars 2014), Le retour des Communs, la crise de l’idéologie propriétaire sous la direction de Benjamin Coriat (Editions Les Liens qui Libèrent).

En savoir plus »

Articles plus anciens «